Vous en connaissez certainement sans le savoir !

La Franc-Maçonnerie est plus une société discrète que secrète. La discrétion étant de de mise en Maçonnerie, la plupart des maçons n’affichent pas leur appartenance. Chacun d’eux est assidu et travaille pour son élévation intérieure à la recherche de la lumière. Les maçons sont des gens discrets, serviables et prêt à aider leur prochain à s’élever.

La franc-maçonnerie est diverse et variée

Il y a des franc-maçons déistes pour qui croire en dieu est un prérequis, d’autres, a-dogmatiques développant un humanisme spiritualiste invocant le Grand Architecte de l’Univers mais qui n’est pas nécessairement dieu, ou d’autres encore cultivant l’humanisme qui perpétue l’esprit des Lumières. Mais tous s’accordent sur  le dévouement à la patrie, le respect des anciens devoirs et concernant les francs-maçons a-dogmatiques, le respect de la discrétion sur l’appartenance maçonnique.

Des principes

Le combat pour la liberté absolue de conscience. La liberté absolue de conscience laisse à chacun le droit de cultiver ses propres références métaphysiques, de pratiquer telle religion de son choix ou de n’en pratiquer aucune, elle reconnaît la liberté de croire en un Dieu tout-puissant et en l’immortalité de l’âme, aussi bien que le droit de nier l’existence de Dieu et de prétendre que l’âme se détériore en même temps que le corps, pour s’éteindre avec la mort… Le respect de la liberté absolue de conscience laisse donc à chacun le choix de ses conceptions métaphysiques mais, en contrepartie, il oblige chacun à reconnaître cette liberté aux autres et à ne jamais chercher à imposer les siennes.

Accepter le dialogue sur tous les sujets.
Certaines Loges ou obédiences s’interdise tout débat sur des questions religieuses ou politiques. Pour d’autres au contraire, aucune des questions touchant à l’Homme ou aux sociétés humaines ne doit être écartée a priori des discussions en loge. Ce serait pour elles, considérer que, dans ces domaines, les membres de la loge peuvent avoir chacun des certitudes absolues, des opinions qui ne supportent pas la discussion, c’est-à-dire des conceptions à caractère dogmatique.

Le Bien de l’humain doit se référer à la morale.
Les règles de la vie sociale doivent s’inspirer d’une morale universellement acceptable. Cette exigence n’interdit pas de respecter des règles religieuses particulières dans le domaine de sa vie privée. Mais on peut observer ça et là que les droits de l’homme et les droits de la femme sont remis en cause.
Face à cette situation, les francs-maçons réaffirment que les règles de la société doivent assurer la liberté des individus, le respect des droits de l’homme, et le progrès de l’Humanité, par une recherche de conditions de vie et d’organisation sociale, de nature à offrir le maximum de chances à tout être humain, pour conduire librement sa vie vers le bonheur. Les  critères de jugement du bien et du mal doivent être rapportés à ce qui est bien pour l’être humain en tant qu’individu et à ce qui est bien pour l’humanité dans son ensemble et dans une perspective d’avenir.

Certains francs-maçons pratiquent des rituels plus symboliques et travaillent sur l’ésotérisme, l’hermétisme, le symbolisme. En s’améliorant eux-mêmes et en transmettant leur connaissance, il participent au progrès de l’humanité. D’autre sont soucieux directement de ce que devient le monde extérieur et s’intéressent à la société en étudiant d’avantage les problèmes qui se posent à l’humanité pour son avenir. Quelque soit leur tendances, hors du temple ils font tout ce qu’ils peuvent, pour faire progresser l’humanité.
Faire progresser l’humanité n’est pas une utopie. La difficulté, c’est de voir ce qui contribue au progrès de l’humanité, et de le distinguer des changements facteurs de régression ou des modes sans conséquences. Devant cette difficulté, la tentation existe de s’en remettre au destin ou à la providence.

Sur le Chemin Étoilé, nous avons une opportunité de réunir des hommes et des femmes, franc-maçon(nes) ou non, qui partagent cet idéal de progression et de fraternité  universelle. C’est la chance de travailler ensemble à l’avenir de l’humanité et au devenir du monde, loin de toutes les démarches obscurantistes

(Visited 79 times, 1 visits today)
Fermer
fr_FR